Utilisation de l’imagerie par résonance magnétique en présence de douleurs musculosquelettiques chez les personnes adultes du Québec: Portrait de l’utilisation de l’IRM dans le réseau public québécois

Ano de publicação: 2016

INTRODUCTION:

La douleur d’origine musculosquelettique (DMS) est un problème de santé très commun qui englobe une vaste gamme d'affections touchant les os, les ligaments, les tendons, les muscles et les articulations. Ces douleurs parfois importantes peuvent restreindre le fonctionnement physique et porter significativement atteinte à la qualité de vie. Les causes des DMS sont multiples. L’imagerie médicale est souvent utilisée parmi les différents examens médicaux pour investiguer la cause de ces douleurs. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est indiquée et constitue l’instrument de choix dans plusieurs situations cliniques lors de DMS. On attribue à cet outil diagnostique de plus en plus d’indications cliniques validées par des données probantes. De plus, l’IRM remplace parfois des interventions plus effractives et plus coûteuses. Toutefois, au regard des constats découlant de diverses publications scientifiques, il existe actuellement une controverse quant à une possible surutilisation de l’IRM lors du diagnostic et du suivi des patients souffrant de DMS. La situation québécoise en la matière n’est pas connue. C’est dans ce contexte que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a mandaté l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) pour qu’il documente cette problématique et formule des recommandations afin d’optimiser l’utilisation de l’IRM dans les cas de DMS. Pour éclairer les décideurs et les cliniciens sur cette question, l’INESSS publie un avis en trois volets: i. Un portrait de l’utilisation globale de l’IRM, au Québec, et une analyse comparative avec les provinces canadiennes et autres pays ou territoires similaires; ii. Une synthèse des lignes directrices relatives aux demandes d'IRM lors de DMS; iii. Une revue des stratégies et outils pour favoriser une utilisation optimale de l’IRM.

MÉTHODE:

Chaque volet utilise une méthode qui lui est propre pour repérer et analyser les données probantes et contextuelles. Ces analyses et revues (systématiques ou narratives) sont réalisées selon les normes de pratique édictées. Les méthodologies respectives à chacun des volets sont décrites en détail dans les documents associés. Des représentants des parties prenantes (Comité de suivi) et des experts (Comité consultatif) ont accompagné l’INESSS à différentes étapes de la production scientifique. L’équipe de projet de l’INESSS, accompagnée par le Comité consultatif, a élaboré les recommandations qui ont été ensuite soumises pour avis au Comité de suivi. Puis, le rapport préliminaire des résultats a été envoyé en révision scientifique externe.

RÉSULTATS:

Les informations recueillies reposent en grande partie sur l'analyse de données clinico-administratives, notamment celles colligées dans les banques de données de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), de l’Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) et de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Une recherche non systématisée de la littérature scientifique et grise a complété l'information. Plusieurs paramètres ont été analysés tels que le nombre d'examens réalisés, la croissance de la demande, le champ de pratique des médecins référents, les caractéristiques des usagers, le nombre d'appareils, l’utilisation des appareils, les ressources humaines et les temps d'attente.

Les constats clés sont les suivants:

-Le nombre d’examens d’IRM réalisés au Québec a virtuellement triplé au cours de la dernière décennie; -Les douleurs musculosquelettiques sont à l’origine d’une proportion importante des examens d’IRM réalisés au Québec. Près de la moitié des examens ciblent le rachis ou les extrémités; -On observe une variation régionale, au Québec, dans le recours à l’IRM, selon la région sociosanitaire de résidence des usagers. Les multiples facteurs confondants ne permettent toutefois pas de cibler une cause précise. La population, les conditions d'accès, les facteurs socio-économiques, de même que des différences dans l'organisation des services et la pratique sont autant de facteurs pouvant influer sur l’utilisation; -La comparaison du taux d’examens d’IRM par habitant, au Québec, montre que le taux de la province est légèrement inférieur à la moyenne canadienne. Il est plus de deux fois plus faible que celui d'autres pays tels que les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et la France. La littérature ne documente pas de taux optimal; -Les données suggèrent qu’il est probable que l’efficience dans l’utilisation des appareils d’IRM puisse être améliorée dans certains établissements, au Québec; -Les données disponibles ne permettent pas de déterminer la proportion d’examens d'IRM non pertinents réalisés au Québec.

CONCLUSION:

Le portrait de l’utilisation de l’IRM pour les DMS, au Québec, confirme une utilisation en croissance de l’imagerie par résonance magnétique. La comparaison avec d’autres régions ou pays montre que l’utilisation québécoise n’est pas l’une des plus élevées et qu’il y a probablement place à un gain de productivité pour certaines des installations existantes. Par contre, aucune donnée ne peut servir à se prononcer sur la pertinence des examens. Les indications cliniques sont en grande majorité consensuelles entre les guides de bon usage internationaux. Les experts québécois sont en congruence avec celles-ci et des outils cliniques sont proposés. Des stratégies organisationnelles pour optimiser la pertinence de l’IRM, la plus prometteuse est l’ordonnance électronique, accompagnée du soutien à la décision clinique. Les équipes interdisciplinaires spécialisées en DMS constituent une piste d’intérêt dont l’évaluation est à approfondir. Les stratégies financières et de gouverne ont été mises en œuvre dans d’autres pays ou régions, mais leurs répercussions sont variables quant à l’efficience de l’IRM dans les DMS. Dans les stratégies auprès des professionnels, l’utilisation de l’audit-rétroaction n’a pas eu d’effet statistiquement significatif pour optimiser la pertinence de l’imagerie dans les DMS, mais les initiatives d’amélioration de la qualité qui y ont recours sont prometteuses. L’efficacité des stratégies auprès des patients est à surveiller dans la littérature et dans les expériences en cours au Québec. Puisque le contexte de mise en œuvre a une importance majeure dans l’efficacité des stratégies et des outils, il est suggéré de recourir à une approche graduelle qui comprend un suivi des résultats pour le Québec. Des indicateurs de suivi de la pertinence existent, mais la faisabilité d’en implanter dans la province dépend des systèmes d’information. De tels indicateurs devront être élaborés pour le Québec, de pair avec les outils cliniques informatisés.

RECOMMANDATIONS:

Plusieurs pistes d’optimisation de la pertinence de l’IRM, la force de leur preuve et leurs limites ont été soulevées dans le présent avis. L’opinion des experts du Comité consultatif et des parties prenantes du Comité de suivi sur les données disponibles et le contexte québécois a été prise en compte et permet à l’INESSS de recommander que: 1) le MSSS: -conçoive un formulaire standardisé de prescription de l’IRM (intégrant les indications pertinentes) relatif aux douleurs musculosquelettiques pour les médecins référents; -pilote et évalue des systèmes d’ordonnance électronique avec soutien à la décision clinique pour l’imagerie (les systèmes pilotés doivent idéalement permettre l'exploitation des données colligées); -explore l’évaluation de la pertinence et de la faisabilité d’implanter, au Québec, des équipes interdisciplinaires spécialisées en DMS dans un continuum de soins relatifs aux douleurs musculosquelettiques. 2) les CISSS / CIUSSS: -se dotent de moyens pour soutenir des activités d’amélioration de la qualité avec audit-rétroaction aux milieux cliniques sur la pertinence de l’IRM dans les cas de DMS. 3) les fédérations médicales (FMOQ, FMSQ) et les programmes universitaires: -mettent sur pied des activités novatrices et des outils de formation et de maintien des compétences en douleurs musculosquelettiques dans un contexte de pertinence des interventions.(AU)

INTRODUCTION:

Musculoskeletal pain (MSP) is a very common health problem that encompasses a vast array of conditions that affect the bones, ligaments, tendons, muscles and joints. It is sometimes severe and can limit physical functioning and significantly impair quality of life. There are many causes of MSP. Medical imaging is one of the different medical examinations for investigating the cause of such pain, and it is often used for this purpose. Magnetic resonance imaging (MRI) is indicated and is the instrument of choice in several clinical situations involving MSP. This diagnostic tool is being granted an increasing number of evidence-based clinical indications. Furthermore, MRI is sometimes used in place of more invasive and more expensive procedures. However, based on observations from various scientific publications, there is currently some debate over the possible overuse of MRI in the diagnosis and follow-up of patients with MSP. The situation in Québec in this regard is not known. It was in this context that the Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) asked the Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) to document this problem and to make recommendations for optimizing the use of MRI in cases of MSP. To enlighten decision-makers and clinicians about this matter, INESSS is publishing an evaluation in three parts: i. A description of the overall use of MRI in and a comparative analysis with the Canadian provinces and other, similar territories or countries; ii. A summary of the guidelines for ordering an MRI for MSP; iii. A review of the strategies and tools to promote the optimal use of MRI.

METHOD:

Each part uses its own methodology to identify and analyze the evidence and contextual data. These analyses and reviews (systematic and narrative) were carried out in accordance with the prescribed standards of practice. The respective methodologies for the different parts are described in detail in the related documents. Stakeholder representatives (Monitoring Committee) and experts (Advisory Committee) supported INESSS at different stages of its scientific production. Supported by the Advisory Committee, INESSS’s project team developed recommendations, which were then submitted to the Monitoring Committee for its opinion. Subsequently, the preliminary report was sent for external scientific review.

RESULTS:

The information gathered is largely based on an analysis of clinical/administrative data, notably, those compiled in the databases of the Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), the Canadian Institute for Health Information (CIHI) and the Organization for Economic Cooperation and Development (OECD). These data were supplemented by a nonsystematic search of the scientific and grey literature. Several parameters were analyzed, such as the number of examinations performed, the increase in the demand, referring physician specialty, user characteristics, the number of MRI units and their use, human resources and wait times.

The key observations are as follows:

-The number of MRI examinations performed in Québec has essentially tripled in the past decade; - Musculoskeletal pain accounts for a large proportion of the MRI examinations performed in Québec. Nearly half of them target the spine or the extremities; - The use of MRI in Québec differs according to the users’ health and social services region of residence. However, because of the multiple confounding factors, the exact cause cannot be identified. The population, the conditions for access, socioeconomic factors, and differences in service and practice organization are all factors that can influence use; -The comparison of the MRI examination rate per capita in Québec shows that the provincial rate is slightly lower than the Canadian average. It is more than two times lower than that of other countries, such as the United States, Japan, Germany and France. The literature does not mention an optimal rate; -The data suggest that the efficiency of the use of MRI units could probably be improved at certain Québec facilities; -The proportion of inappropriate MRI examinations performed in Québec cannot be determined from the available data.

CONCLUSION:

The overview of the use of MRI in MSP in Québec confirms that its use is growing. A comparison with other jurisdictions shows that this use is not one of the highest and that there is probably room for increased productivity at certain existing facilities. However, there are no data for commenting on the appropriateness of these examinations. For the vast majority of the clinical indications, there is a consensus among the international appropriate use guidelines. Experts in Québec are in agreement with these indications, and clinical tools have been proposed. Of the organizational strategies for optimizing MRI appropriateness, the most promising one is CPOE with clinical decision support. Interdisciplinary MSP teams are an avenue of interest that warrants further evaluation. Financial and governance strategies have been put in place in other jurisdictions, but their impact on the efficiency of MRI in MSP varies. In implementation strategies targeting health professionals, the use of audit and feedback has not had a statistically significant impact on optimizing imaging appropriateness in MSP, but quality improvement initiatives that use audit and feedback are promising. The effectiveness of implementation strategies targeting patients should be monitored in the literature and in the ongoing initiatives in Québec. Since the implementation context is of great importance for the effectiveness of strategies and tools, a gradual implementation approach with results monitoring is recommended for the strategies proposed for Québec. Indicators for monitoring appropriateness do exist, but the feasibility of implementing them in Québec depends on the information systems. These indicators should be developed for Québec, together with CPOE.

RECOMMENDATIONS:

Several ways to optimize MRI appropriateness were raised during the discussion. In light of the available data and the Québec context, INESSS recommends: 1) That the MSSS: -Create a standardized MRI order form (with the relevant indications) for musculoskeletal pain for referring physicians; -Pilot and evaluate CPOE with clinical decision support for imaging (ideally, these systems should permit the use of collected data); -Explore the assessment of the appropriateness and feasibility of setting up interdisciplinary MSP teams in a continuum of MSP care. 2) That CISSSs and CIUSSSs: -Institute the means to support quality improvement activities with audit and feedback in their clinical facilities on the appropriateness of MRI in MSP. 3) That the medical federations (the FMOQ and FMSQ) and university programs: -Set up innovative activities and training and maintenance-of-competence tools for musculoskeletal pain in a context of intervention appropriateness.

Mais relacionados