La viscosuppléance pour le traitement de la gonarthrose

Ano de publicação: 2007

INTRODUCTION:

L’arthrose est une maladie chronique, dégénérative et non inflammatoire qui affecte le cartilage et l’os sous-chondral des articulations, principalement celles du genou, de la hanche, du rachis cervical et lombo-sacré, des mains et des pieds. L’arthrose du genou, ou gonarthrose, peut entraîner au cours de son évolution un handicap parfois majeur lié à la douleur et à la gêne fonctionnelle. La prévalence de la gonarthrose varie entre 10 et 15 % chez les personnes de 60 ans et plus. Le fardeau qu’elle représente pourrait augmenter à cause du vieillissement de la population et de l’augmentation de la prévalence de l’obésité, deux facteurs de risque majeurs de cette affection. À ce jour, il n’existe aucun traitement curatif connu. Le traitement symptomatique, qui vise à réduire la douleur, à maintenir ou à améliorer la mobilité articulaire et à réduire la gêne fonctionnelle, comprend des interventions non pharmacologiques, des traitements pharmacologiques systémiques ou intra-articulaires et des interventions chirurgicales. La découverte que l’acide hyaluronique du liquide synovial joue un rôle important dans l’homéostasie articulaire et que la gonarthrose modifie sa quantité et sa structure biochimique, entraînant ainsi une baisse de la viscosité du liquide synovial, a mené au concept de la viscosuppléance. Ce traitement consiste à enlever le liquide synovial pathologique d’une articulation et à injecter un dérivé de l’acide hyaluronique1 afin de rétablir les propriétés physiologiques et viscoélastiques du liquide synovial de l’articulation atteinte. Bien que les viscosuppléments soient utilisés couramment pour traiter la gonarthrose dans certains pays depuis 1987, c’est seulement au cours de la dernière décennie que leur usage s’est répandu.

MÉTHODOLOGIE:

Le présent rapport est une revue des études secondaires publiées sur la viscosuppléance pour le traitement de la gonarthrose. Au départ, il avait été prévu de faire une méta-analyse des essais comparatifs randomisés sur le sujet. Compte tenu de la publication successive de plusieurs méta-analyses, revues systématiques et rapports d’évaluation des technologies, il a été décidé de concentrer l’analyse sur ces études secondaires. Toutefois, toutes les études primaires ont été également répertoriées et analysées.

CONCLUSIONS:

La viscosuppléance soulage les symptômes de la gonarthrose, et cet effet thérapeutique peut durer plusieurs semaines. Toutefois, il ne semble pas beaucoup plus élevé que celui du placebo et, selon certaines études, se situe à la limite de la signification clinique. L’effet serait d’ailleurs semblable à celui des autres options thérapeutiques non chirurgicales. De plus, les méta-analyses examinées sont fondées sur des études primaires de faible qualité méthodologique qui utilisent des indicateurs d’effets thérapeutiques plutôt hétérogènes. La viscosuppléance est habituellement bien tolérée et entraîne peu d’effets indésirables. Cette information vient d’essais cliniques de courte durée et fréquemment de petite taille, qui n’avaient pas comme objectif principal d’examiner cette question. C’est pourquoi nous ne pouvons nous prononcer avec certitude sur l’innocuité du traitement à long terme. Les discordances entre les résultats sur l’efficacité clinique utilisés dans les études économiques et ceux beaucoup plus modestes obtenus dans les études secondaires, de même que les faiblesses méthodologiques des études économiques ou cliniques examinées pour répondre à la question de l’efficience de la viscosuppléance, ne nous permettent pas de nous prononcer sur cette question. La littérature scientifique disponible comparant le viscosupplément à base d’hylane G-F 20 à des viscosuppléments à base d’hyaluronate de sodium ne permet pas d’établir la nette supériorité de l’un ou l’autre de ces produits. L’examen de la preuve ne nous a pas permis de dégager des indications thérapeutiques particulières pour des sous-groupes de patients pour qui l’efficacité ou l’innocuité du produit présenteraient de nets avantages cliniques. Nous n’excluons pas que la recherche clinique puisse un jour justifier un tel créneau thérapeutique. Le bénéfice clinique modeste de la viscosuppléance pourrait ne pas être suffisamment important pour contrebalancer les inconvénients du traitement, soit le lent délai d’action, la nécessité de plusieurs injections hebdomadaires, le risque faible mais présent de réactions indésirables et le coût relativement élevé de cette modalité thérapeutique. Par ailleurs, étant donné que son efficacité est semblable à celle d’autres traitements de la gonarthrose, certains organismes tiers payeurs ont élaboré des politiques qui accordent une couverture ou un remboursement de la viscosuppléance à certaines personnes qui n’ont pas obtenu un soulagement des symptômes douloureux à l’aide de traitements reconnus de la gonarthrose. Parmi les traitements habituels mentionnés, on trouve : la prise régulière à doses thérapeutiques de divers médicaments tels que l’acétaminophène ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les traitements par injections intra-articulaires de corticostéroïdes ou le recours à des modalités antalgiques de réadaptation physique. La couverture est aussi offerte à des patients en attente d’une chirurgie de remplacement articulaire.

Mais relacionados