L’évaluation externe de l’organisation et de la prestation des soins en oncologie: revue des expériences pertinentes pour le processus d’évaluation et de désignation des établissements et des équipes interdisciplinaires de lutte contre le cancer au Québec

Ano de publicação: 2010

INTRODUCTION:

Depuis 10 ans, le cancer est la première cause de mortalité au Québec [INSPQ, 2006]. Le cancer regroupe plus de 200 maladies, avec chacune ses particularités.

Bien répondre aux besoins des personnes atteintes du cancer sur un territoire aussi vaste que celui du Québec pose de nombreux défis :

problèmes d’accès, variations dans les pratiques cliniques, manque de continuité et de coordination des soins et services, etc. Ces défis, qui ne sont pas uniques au Québec, sont accentués entre autres par la complexité de la prise en charge du cancer. Elle fait appel à diverses modalités thérapeutiques et à plusieurs types de soins et services. La planification et la coordination de ces services exigent la collaboration concertée de compétences diverses, de sorte qu’une approche interdisciplinaire s’avère essentielle. Pour pouvoir relever ces défis, les professionnels de la santé qui œuvrent dans le domaine de la lutte contre le cancer au Québec sont guidés par le Programme québécois de lutte contre le cancer (PQLC). Le PQLC met de l’avant une approche globale de prise en charge de la personne atteinte, un réseau intégré et hiérarchisé de soins et services basé sur des équipes interdisciplinaires, des intervenants pivots pour coordonner les services, une pratique fondée sur les données probantes et associée étroitement à la recherche clinique, de même que la participation des personnes atteintes et de leurs proches aux décisions et aux soins. Or, cinq ans après l’adoption du PQLC, un premier bilan de sa mise en œuvre sur l’ensemble du territoire a montré que des progrès plus ou moins grands selon les régions avaient été accomplis et que des efforts additionnels importants devaient être déployés pour compléter son implantation. Un groupe de travail ministériel sur le cancer chargé d’examiner comment améliorer la gestion et l’impact du PQLC a ensuite formulé un ensemble de mesures concrètes et dégagé des conditions de succès pour la mise en œuvre du PQLC. Parmi les grands axes prioritaires de son rapport figuraient la mise en place d’une organisation de services intégrés, l’optimisation des pratiques cliniques et l’amélioration continue de la qualité. Le GTMC recommandait entre autres de mettre sur pied un mécanisme de reconnaissance selon des normes de qualité explicites pour les équipes interdisciplinaires de lutte contre le cancer aux paliers local, régional et suprarégional, et d’entreprendre la désignation formelle des équipes et des établissements.

MÉTHODES:

La stratégie de recherche documentaire reflète les deux grandes composantes des dispositifs d’évaluation externe : le processus d’évaluation et les normes.

Volet 1 :

description des dispositifs d’évaluation externe de la qualité.

Volet 2 :

recension des normes organisationnelles de pratique. Critères de sélection. Approche utilisée pour la description et l’analyse. Limites de l’étude.

CONCLUSIONS:

Pour améliorer l’organisation et la prestation des soins et services aux personnes atteintes du cancer, plusieurs pays et provinces canadiennes ont élaboré des dispositifs d’évaluation externe de la qualité. De tels dispositifs peuvent être obligatoires ou volontaires et relever soit du gouvernement, soit d’un organisme indépendant, d’associations médicales ou de partenariats entre ces instances. Ils peuvent s’adresser aux équipes de professionnels, aux programmes et aux réseaux de lutte contre le cancer et (ou) aux établissements de santé. Ils peuvent porter sur les pratiques cliniques, les pratiques organisationnelles, ou les deux. Ils sont habituellement complémentaires des programmes existants d’agrément des établissements et d’accréditation professionnelle. Dans bien des cas, ils s’avèrent un levier important pour l’application des initiatives prévues au sein des stratégies de lutte contre le cancer. À la lumière de l’examen des dispositifs d’évaluation externe établis dans d’autres pays et régions, il ne fait pas de doute qu’il faut assurer la pérennité du processus d’évaluation et de désignation dans le domaine de la lutte contre le cancer. Ce processus s’est avéré un levier efficace pour promouvoir le changement organisationnel et renforcer l’implantation du Programme québécois de lutte contre le cancer (PQLC). Compte tenu de l’ampleur des transformations qu’il reste à mettre en œuvre et de l’absence d’autres dispositifs consacrés à la mise en place de réseaux sur l’ensemble du territoire, il est judicieux de maintenir ce processus tout en lui apportant des améliorations pour les prochains cycles. L’analyse effectuée dans le présent rapport permet de tirer des leçons et de formuler des propositions liées aux trois questions posées : pérennité, objectifs pour le prochain cycle et harmonisation avec les programmes reconnus d’agrément.

Mais relacionados