Évaluation de solutions de rechange à l’oxyde d’éthylène en stérilisation: plasma de peroxyde d’hydrogène et ozone

Ano de publicação: 2009

INTRODUCTION:

La stérilisation des instruments médicaux constitue un des maillons essentiels de l’hygiène et de la salubrité dans les établissements de santé et concourt à la lutte contre les infections nosocomiales. Pour être efficace, la stérilisation doit être organisée de façon fiable et faire appel à des techniques dont on maîtrise bien les bases scientifiques et l’utilisation. Les instruments médicaux thermosensibles sont stérilisés efficacement à l’oxyde d’éthylène (OE) dans de nombreux établissements de santé de par le monde depuis les années 1950. Toutefois, depuis le début des années 1990, de nouveaux procédés de retraitement des dispositifs médicaux réutilisables apparaissent sur le marché, dont certains semblent d’un grand intérêt en lien avec les préoccupations que génère la stérilisation à l’oxyde d’éthylène. Diverses raisons conjuguées sont à l’origine de la demande de nouvelles technologies pour remplacer ce procédé de stérilisation.

MÉTHODE DE RECHERCHE:

Stratégie de Recherche Documentaire: Une revue exhaustive de la littérature, portant sur toute publication en langues anglaise, française, italienne, espagnole et portugaise, a été menée dans les bases de données MEDLINE à l’aide du portail PubMed, CINAHL, et sur la Cochrane Library. Les termes utilisés pour cette recherche documentaire, « sterilization », « plasma », « plasmas » et « ozone », ont été employés seuls ou reliés par les opérateurs booléens « AND » et « OR ». Une recherche sur le thème de la stérilisation en milieu médical a été réalisée dans diverses bibliothèques nationales et universitaires. La littérature grise a été explorée au moyen d’Internet. La recherche s’est plus spécialement concentrée sur la base de données Nosobase, spécialisée en hygiène hospitalière et infections nosocomiales, et sur d’autres bases semblables (catalogue et index des sites médicaux francophones, CISMeF, Banque française de données en santé publique, BDSP). L’ensemble a été complété par une recherche manuelle de publications à partir des documents repérés et par la consultation des sites Web des deux principaux fabricants de stérilisateurs à basse température qui ont recours à la technologie au plasma de H2O2 ou à l’ozone2. Toutes les publications affichant dans leur résumé des termes tels que « stérilisation à basse température », « coût », « efficacité microbicide », « activité sporicide », « sécurité », «comparaison », « altération de surface », et dont la lecture du sommaire a confirmé la pertinence relativement à notre thème de travail, ont été sélectionnées. Méthode d’Évaluation: Toute étude repérée, réalisée sur les matériaux constitutifs des instruments, sur les instruments eux-mêmes, sur des porte-germes, en conditions simulées d’utilisation, en conditions réelles d’utilisation, ou toute étude comparative des techniques ont été évaluées au regard de leur conformité avec les normes et standards scientifiques communément admis pour les études de stérilisation. Ont été également retenus les guides de recommandation et fiches techniques rédigés à la suite du travail de groupes d’experts. La documentation extraite des sites commerciaux de Advanced Sterilization Products (ASP) (procédé Sterrad® au plasma de peroxyde d’hydrogène) et de TSO3 inc. (procédé TSO3 125L, à l’ozone) a servi à recueillir les caractéristiques des appareils disponibles et à vérifier l’origine des revendications d’efficacité et d’innocuité fournies par les fabricants. Il est à noter que peu d’études québécoises ont été trouvées.

CONCLUSION:

La stérilisation à l’oxyde d’éthylène des instruments médicaux thermosensibles est un procédé très efficace et longuement éprouvé. Toutefois, les besoins actuels de restérilisation en établissements de soins, la toxicité environnementale de l’oxyde d’éthylène, celle de ses sous-produits et les lignes directrices d’Environnement Canada conduisent le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec à s’interroger sur la pertinence ou non de remplacer le procédé de stérilisation à l’oxyde d’éthylène par de nouvelles techniques de stérilisation à basse température, efficaces, sécuritaires, rentables, et répondant donc aux critères habituels d’un procédé de stérilisation idéal. À la lumière de la littérature pertinente, il ressort que s’il est facile de trouver des arguments en faveur de l’abandon de la stérilisation à l’oxyde d’éthylène, il n’est pas toujours aisé de s’en séparer totalement. En effet, aucun des trois procédés à basse température ne répond en totalité aux critères d’un procédé idéal de stérilisation, les deux plus récents (plasma de peroxyde d’hydrogène et ozone) faisant l’objet de certaines limitations. De nombreux établissements de soins de par le monde ont opté depuis plusieurs années pour l’une ou l’autre des deux techniques émergentes, en remplacement du procédé à l’oxyde d’éthylène, trop toxique et trop long. Ces deux récents procédés, à l’opposé de la technologie à l’oxyde d’éthylène, présentent les avantages d’être plus rapides, respectueux de l’environnement et sans danger majeur pour le personnel de stérilisation et les patients. Ce sont des méthodes de rechange qui ont démontré leur efficacité et leur innocuité lorsque les indications et les limitations sont respectées, et lorsque le personnel de stérilisation observe les instructions d’utilisation des manufacturiers. Des recherches se poursuivent sur la stérilisation au plasma avec d’autres gaz que le peroxyde d’hydrogène. Celles -ci pourraient déboucher sur l’arrivée sur le marché de nouveaux appareils. D’autres recherches sur la stérilisation des instruments médicaux à l’ozone sont aussi en cours. Les études en collaboration avec les manufacturiers de matériels médicaux réutilisables continuent également, ce qui permet d’espérer une évolution positive régulière de la liste des instruments compatibles avec l’un ou l’autre des deux procédés émergents. Le choix de permutation éventuelle du procédé à l’oxyde d’éthylène vers l’un ou l’autre des procédés émergents de stérilisation à basse température résultera du travail collégial que mèneront les différents professionnels concernés. Ce travail comprend une analyse de toutes les difficultés rencontrées et même une exploration de la possibilité de remplacer les instruments thermosensibles par du matériel métallique pouvant être stérilisé à la vapeur chaude sous pression; enfin, il exige la mise en balance de l’efficacité microbicide du procédé avec ses effets sur la santé humaine et la toxicité environnementale de ses déchets, ainsi qu’avec son coût financier.

Mais relacionados