Efficacité de la contrepulsion externe pour le traitement de l’angine chronique

Ano de publicação: 2004

INTRODUCTION:

La contrepulsion externe (CPE) est une tech-nologie que l'on utilise le plus souvent pour traiter les patients qui présentent une angine de poitrine réfractaire au traitement médical classique et ne sont pas admissibles à une re-vascularisation, que ce soit par chirurgie de pontage ou angioplastie. La présente évalua-tion découle d’une demande formulée par un membre de l’Assemblée nationale à la suite de représentations de patients. Celui-ci de-mandait à l’Agence d’évaluation des techno-logies et des modes d’intervention en santé (AETMIS) des précisions quant à l’efficacité de la CPE et à ses possibilités d’application au Québec, le cas échéant. Cette évaluation porte principalement sur l’efficacité, l’innocuité et les coûts liés à l’utilisation de la CPE pour le traitement de l’angine chronique. Elle s’intéresse également aux données portant sur l’efficacité de cette technologie au regard d’autres maladies (comme l'insuffisance cardiaque et le diabète), sur lesquelles les informations cliniques com-mencent à s’accumuler.

DESCRIPTION DE LA TECHNOLOGIE:

La CPE fait appel à des brassards compressifs appliqués au niveau des membres inférieurs. Ces brassards sont gonflés avec de l’air com-primé durant la diastole (remplissage du ven-tricule) et dégonflés en début de systole (éjec-tion du sang depuis le cœur dans la circulation générale) . Le gonflement rapide des brassards, suivi du dégonflement, aug-mente la pression aortique diastolique, la pression coronarienne de perfusion et le débit cardiaque. Les mécanismes d’action de la CPE ne sont pas encore entièrement élucidés, bien que plusieurs aient été postulés. Cette technique est le plus souvent adminis-trée dans un contexte de soins ambulatoires. Elle comporte 35 heures de traitement, soit habituellement une séance d'une heure par jour, cinq jours par semaine pendant sept se-maines. Deux compagnies manufacturières se partagent le marché de la CPE. Comme la quasi-totalité des études examinées portent sur l'EECP® (Enhanced External Counterpul-sation) de Vasomedical inc., c’est de ce sys-tème dont il sera principalement question au cours de la présente évaluation. Seul un car-diologue d'un cabinet privé montréalais offre ce traitement au Québec, et les frais sont à la charge du patient.

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS:

En raison du vieillissement de la population et des succès enregistrés dans l'amélioration de la survie des personnes atteintes d'un in-farctus du myocarde, de plus en plus de Qué-bécois seront aux prises avec une angine chronique stable réfractaire. Le statut techno-logique de la CPE ne fait pas consensus chez les experts consultés. On ne peut toutefois ignorer la convergence des résultats (la quasi-constance de l'association, son degré, son existence à travers divers plans de recherche, diverses méthodes de mesure, divers milieux d'administration, différents types de dispensa-teurs et différents groupes de patients). Celle-ci nous amène fortement à penser que les changements physiologiques et l'amélioration clinique observés après un traitement de CPE dans les études de type séries de cas et essai randomisé pourraient être reproduits chez des patients atteints d'angine chronique réfractaire dans d'autres contextes. Le fait qu’il n’y ait pas d’autre solution non effractive à la CPE pour les patients atteints d’angine chronique stable réfractaire milite également en faveur d'une certaine ouverture vis-à-vis de la CPE, mais dans un cadre d’implantation restreint et balisé. À À la lumière de toutes ces considérations, l'AETMIS estime que le ministère de la Santé et des Services sociaux devrait envisager, en collaboration avec le Réseau québécois de cardiologie tertiaire, d'acquérir un système de CPE et d'en défrayer les coûts d'acquisition et de fonctionnement. Ce système devrait être installé dans un centre hospitalier universi-taire (CHU) de cardiologie tertiaire dans le cadre d'un projet de recherche subventionné. Ce projet devrait permettre l’évaluation de l’efficacité, de l’utilité et des coûts associés à la technologie dans un contexte québécois. L’accès à la CPE devrait être réservé aux pa-tients atteints d’une angine chronique stable réfractaire selon des critères établis. Il serait indiqué que le Fonds de recherche en santé du Québec (FRSQ) et son réseau de recherche en santé cardiovasculaire considèrent l'évalua-tion de la CPE comme une priorité de recher-che. L’AETMIS pourra continuer à assurer une veille technologique sur la CPE, et ce, en collaboration avec le CHU désigné.

Mais relacionados