COVID-19 et aide médicale à mourir: Constitution des trousses lors d’une pénurie de propofol

Ano de publicação: 2020

CONTEXTE:

Le présent document ainsi que les constats qu’il énonce ont été rédigés en réponse à une interpellation du ministère de la Santé et des Services sociaux dans le contexte de l’urgence sanitaire liée à la maladie à coronavirus (COVID-19) au Québec. L’objectif est de réaliser une recension sommaire de données dans la documentation publiée et la littérature grise pour informer les décideurs publics et les professionnels de la santé. Vu la nature rapide de cette recension, les constats qui en découlent ne reposent pas sur une recherche exhaustive de la littérature et une évaluation des études avec une méthode systématique. Dans les circonstances d’une telle urgence de santé publique, l’INESSS reste à l’affût de toutes nouvelles données susceptibles de lui faire modifier sa position.

PRÉSENTATION SOMMAIRE DE LA DEMANDE:

Le propofol fait partie de médicaments administrés dans le cadre de l’aide médicale à mourir (AMM) au Québec. Après l’usage d’un anxiolytique, le propofol instaure un coma artificiel profond et est suivi de l’administration d’un bloqueur neuromusculaire. Ce médicament est aussi largement utilisé comme sédatif aux soins intensifs. Le contexte actuel de pandémie et l’anticipation d’un nombre croissant d’admissions aux soins intensifs laissent présager à brève échéance une difficulté d’approvisionnement de ce médicament notamment. Dans ce contexte, le MSSS a demandé à l’INESSS d’identifier des médicaments alternatifs au propofol actuellement utilisé dans la constitution des trousses d’AMM tout en tenant compte des ruptures de stock actuelles et anticipées des médicaments de remplacement. MÉTHODOLOGIE Questions d’évaluation: Quelles sont les alternatives à l’instauration d’un coma profond par le propofol pour l’administration d’une aide médicale à mourir? Critères de sélection: Population: Personnes de 18 ans ou plus ayant recours à l’AMM Intervention: Médicament pouvant instaurer un coma artificiel profond Résultat d’intérêt: Efficacité, innocuité, modalités d’utilisation Types de documents retenus: Tout document contenant des informations pertinentes, que ce soit de la littérature scientifique ou de la littérature grise. CONSTATS DE L’INESSS: L’importance d’atteindre un niveau de coma profond avant l’administration de bloqueur neuromusculaire est primordiale; Pour l’instant, l’option intraveineuse (IV) de rechange au propofol recommandée dans la littérature consultée et dont l’utilisation serait envisageable au Québec est le phénobarbital IV. En revanche, ce produit est également à risque de rupture; Parmi les options parentérales pouvant être considérées, l’étomidate, bien que plus difficile d’accès (Programme d’Accès spécial à Santé Canada pour autres indications), possède un mécanisme d’action semblable au propofol et permet l’instauration d’un coma profond sans activité cérébrale persistante, ce que la kétamine et les benzodiazépines, quant à elles, ne permettraient pas. Pour ces trois produits, les doses à utiliser pour l’induction du coma seraient des hautes doses, mais celles-ci ne sont pas connues pour l’instant; En raison d’incertitudes liées à la variabilité du délai d’action, des effets indésirables incommodants et à la complexité de la prise, la voie orale n’est pas à privilégier; Les autres voies d’administration (intramusculaire, sous-cutanée, rectale et intraosseuse) ne sont pas recommandées dans la littérature consultée. Dans le contexte de la pandémie, certains médicaments en pénurie utilisés dans le contexte de l’AMM sont aussi des médicaments très utilisés dans un contexte de soins palliatifs. Tous les efforts doivent être consentis afin de préserver ces médicaments, afin d’assurer un contrôle optimal de la douleur ainsi que des autres symptômes.

Mais relacionados