COVID-19 et thérapie passive par anticorps (plasma convalescent)

Ano de publicação: 2020

CONTEXTE:

Le présent document ainsi que les constats et prises de position qu’il énonce ont été rédigés en réponse à une interpellation du ministère de la Santé et des Services sociaux dans le contexte de l’urgence sanitaire liée à la maladie à coronavirus (COVID-19) au Québec. L’objectif est de réaliser une recension sommaire de données dans la documentation publiée et la littérature grise pour informer les décideurs publics et les professionnels de la santé. Vu la nature rapide de cette recension, les constats qui en découlent ne reposent pas sur une recherche exhaustive de la littérature et une évaluation des études avec une méthode systématique. Dans les circonstances d’une telle urgence de santé publique, l’INESSS reste à l’affût de toutes nouvelles données susceptibles de lui faire modifier sa position. POSITION DE L’INESSS: Malgré des données précliniques encourageantes pour la thérapie passive par anticorps (plasma convalescent) pour le traitement de la COVID-19, les données disponibles à ce jour ne permettent pas d’appuyer son utilisation généralisée chez les patients infectés. Des données supplémentaires d’essais cliniques en cours de réalisation sont attendues. -L’incertitude entourant l’efficacité et l’innocuité de ces traitements ne soutient pas l’usage généralisé du plasma convalescent chez les patients ayant un diagnostic de COVID-19, quel que soit le stade de la maladie, ou en prophylaxie. -Tous les efforts devraient être déployés pour intégrer dans des protocoles de recherche les patients ayant un diagnostic confirmé qui recevront ce traitement.

PRÉSENTATION SOMMAIRE DE LA DEMANDE:

La possibilité d’utiliser l’immunisation passive par anticorps à l’aide de plasma convalescent pour traiter les personnes infectées par le virus de la COVID-19 a été soulevée par certains cliniciens au Québec, et ailleurs dans le monde, entraînant des questions quant à son caractère prometteur.

MÉTHODOLOGIE:

Questions d’évaluation : Est-ce que le caractère prometteur de la thérapie passive d’anticorps par l’administration de plasma convalescent est suffisant pour l’ajouter à la liste des options thérapeutiques pour la COVID-19? Et si oui, qu’elle est la sous-population de patients la plus susceptible de bénéficier du traitement? Critères de sélection : Toutes les études portant sur le traitement de patients atteints d’infection virale, respiratoire ou non, traités par immunisation passive à l’aide d’anticorps (plasma de convalescents) ont été retenues. CONSTATS DE L’INESSS: Des données préliminaires encourageantes sur l’efficacité et l’innocuité du plasma de convalescents pour le traitement de la COVID-19 (SARS-CoV2) ont récemment été publiées. D’autres études cliniques sont présentement en cours. -Une revue systématique avec méta-analyse exploratoire présente des résultats positifs sur le taux de mortalité à la suite du traitement à l’aide de plasma convalescent pour les patients infectés par SARS-CoV, Influenza A (H1N1) pdm09, Influenza aviaire A (H5N1) et l’Influenza A espagnole (H1N1). -Dans la majorité des études et des revues répertoriées, les auteurs sont d'avis qu'une initiation rapide (dès l’apparition des symptômes) de la thérapie à l’aide de plasma convalescent est souhaitable pour maximiser les bénéfices potentiels. -Malgré l'importance généralement reconnue dans la littérature d'initier le traitement rapidement, la majorité des expériences en contexte réel de soin ont considéré ce traitement comme étant une option de dernier recours réservée aux patients sévèrement atteints. -Aucun résultat concernant l’effet préventif de l’administration de plasma convalescent à la suite d’un contact avec un coronavirus n’a été recensé. Un effet bénéfique a toutefois été observé avec le virus de la rougeole. Le titre d'anticorps présents dans le plasma récupéré peut varier grandement d'un patient à l'autre et est déterminant pour la réussite du traitement. Par ailleurs, la concentration d’anticorps nécessaire pour prodiguer une immunité passive chez un patient à risque est inconnue. -À ce jour, seul un nombre restreint de patients souffrant de la COVID-19 a reçu ce traitement expérimental par l’intermédiaire d’essais cliniques et de dispositifs d’accès compassionnels. -Malgré le nombre limité de publications, le profil d’innocuité du plasma convalescent ne semble pas représenter un enjeu. Des risques de transmission d’agents infectieux, de surcharge volémique, de syndrome respiratoire aigu post-transfusionnel, et de choc anaphylactique sont toutefois présents.

Mais relacionados