COVID-19 et oseltamivir (TamifluMC)

Ano de publicação: 2020

CONTEXTE:

Le présent document ainsi que les constats et prises de position qu’il énonce ont été rédigés en réponse à une interpellation du ministère de la Santé et des Services sociaux dans le contexte de l’urgence sanitaire liée à la maladie à coronavirus (COVID-19) au Québec. Cette position est basée sur une recension sommaire de la documentation scientifique (Pubmed, littérature grise) identifiée par des professionnels en évaluation et pharmaciens de l’INESSS. Par ailleurs, son contenu ne repose pas sur une recherche exhaustive de la littérature et une évaluation de la qualité des études avec des outils standardisés. Dans les circonstances d’une telle urgence de santé publique, l’INESSS reste à l’affût de toutes nouvelles données susceptibles de faire évoluer sa position. Ainsi, des mises à jour sont prévues. POSITION DE L’INESSS: Compte tenu de l’état des connaissances actuelles, il n’est pas indiqué d’administrer de l’oseltamivir pour le traitement des patients ayant un diagnostic confirmé ou suspecté de COVID-19. L’OSELTAMIVIR: L’oseltamivir est un promédicament dont le métabolite actif est un inhibiteur sélectif de l’enzyme neuraminidase des virus influenza de type A et de type B. Il s’administre par voie orale. Selon certains spécialistes, l’oseltamivir pourrait supprimer la réplication virale dans certains cas (Pappas 2020). -Les résultats d’une série de cas portant sur 138 patients hospitalisés à Wuhan parmi lesquels 89,9% ont reçu l’oseltamivir ont été publiés (Wang 2020). Les patients ont également reçu des antibiotiques et de la méthylprednisolone. Les doses d’oseltamivir et de méthylprednisolone étaient adaptées à la gravité de l'infection. Selon les auteurs, ces cas n’ont pas révélé de signal d’efficacité de l’oseltamivir. D’autres séries de cas de patients traités avec l’oseltamivir ont été rapportés sans qu’elles permettent de conclure quant à l’efficacité de cette molécule (Huang 2020). Aucun des guides consultés (Chine, Italie, Belgique, France, Université de Washington, Université du Michigan) n’a inclus l’oseltamivir parmi les choix de traitement.

Mais relacionados