COVID-19 et grossesse/allaitement

Ano de publicação: 2020

CONTEXTE:

Le présent document ainsi que les constats qu’il énonce ont été rédigés en réponse à une interpellation du ministère de la Santé et des Services sociaux dans le contexte de l’urgence sanitaire liée à la maladie à coronavirus (COVID-19) au Québec. L’objectif est de réaliser une recension sommaire des données publiées et de mobiliser les savoirs clés afin d’informer les décideurs publics et les professionnels de la santé et des services sociaux. Vu la nature rapide de cette réponse, les constats ou les positions qui en découlent ne reposent pas sur un repérage exhaustif des données publiées, une évaluation de la qualité méthodologique des études avec une méthode systématique ou sur un processus de consultation élaboré. Dans les circonstances d’une telle urgence de santé publique, l’INESSS reste à l’affût de toutes nouvelles données susceptibles de lui faire modifier cette réponse rapide.

PRÉSENTATION DE LA DEMANDE:

Les femmes enceintes, à cause des changements physiologiques et immunologiques qui les caractérisent, pourraient être plus susceptibles de développer des complications lorsqu’elles sont atteintes de la COVID-19. Il a été demandé à l’INESSS de réaliser un état des connaissances sur les risques de transmission verticale ou lors de l’allaitement du SRAS-Cov 2, l’impact de la COVID-19 sur les issus de grossesse et la prise en charge thérapeutique des femmes enceintes dont la maladie a été confirmée.

MÉTHODOLOGIE:

Questions d’évaluation Selon l’état actuel des connaissances scientifiques, quels sont les risques de transmission du SRAS-Cov2 chez le fœtus et le nouveau-né lors de la grossesse, l’accouchement et l’allaitement ? Dans l’état des connaissances actuelles, quelles sont les conséquences de la COVID-19 sur les issus de grossesse ? Est-ce que les médicaments à visée thérapeutique pour traiter la COVID-19 sont efficaces et sécuritaires pour la mère, le fœtus et le nouveau-né à tous les trimestres de grossesse et lors de l’allaitement.

Type de revue de littérature :

revue rapide non systématique.

Repérage des publications :

Le repérage des documents permettant de répondre aux questions d’évaluation a été fait par un professionnel scientifique.

Les mots clés utilisés sont les suivant :

pregnant, pregnancy, maternal health, obstetric, COVID-19, SARS-CoV-2. Pour les études cliniques en cours, le repérage a été effectué par un professionnel scientifique en utilisant le nom des médicaments.

Bases de données consultées :

MEDLINE, EMBASE, Tripdatabase, Cochrane, Google, plateforme medRxIV, ClinicalTrials, Micromedex1 , Mothertobaby2 , CRAT3 , InfantRiskCenter4 Autres sources de données : Agences de santé publique (Québec, Canada, France), sites web de ministères de la santé d’autre pays (Royaume-Uni, Australie, Belgique, France), Organisation mondiale de la santé (OMS), Centers for disease control aux États-Unis (CDC), ouvrages de référence en grossesse et allaitement (Briggs, Ferreira, LactMed Drugs and lactation database/UKTIS UK Teratology information serviss.

RÉSULTATS:

État Actuel Des Connaissances Scientifiques et Positions Dans D’autres Juridictions: Peu d’information est disponible actuellement sur la COVID-19 et la grossesse. L'approche de la prévention, de l'évaluation, du diagnostic et du traitement des femmes enceintes soupçonnées de COVID-19 devrait être similaire à celle des personnes non enceintes. Selon les données recueillies dans le passé lors de pandémie d’influenza, la grossesse est associée à une certaine vulnérabilité à développer plus fréquemment des complications à cause des changements physiologiques et immunologiques qui y sont reliés (Rasmussen 2012). Cependant, lors d’une mission conjointe de l’OMS et de plusieurs organisations internationales réalisée auprès de 147 femmes enceintes avec la COVID-19, seulement 8% avaient une maladie grave et 1% étaient critiques. Ils ont conclu que les femmes enceintes n'étaient pas plus à risque de développer une maladie grave en raison de la COVID-19 (WHO 2020).

PERSPECTIVE DES CLINICIENS:

À l’unanimité les experts consultés étaient d’avis de prioriser l’enrôlement des femmes enceintes dans des protocoles de recherche lorsqu’un médicament à visée thérapeutique était considéré. En revanche, à l’heure actuelle, très peu des études cliniques en cours incluent cette population. Il a été soulevé que l’état de la mère, le trimestre de grossesse, l’impact chez le fœtus et le contexte de prématurité sont tous des éléments très importants à considérer dans la décision de traiter ou non et qu’il fallait laisser de la latitude pour le cas par cas. Il a été mentionné qu’une discussion avec un expert en médecine materno-fœtale serait importante. Concernant l’innocuité des médicaments à visée thérapeutique dans la COVID-19, il a été rapporté que même s’il n’y avait aucun recul avec les antiviraux dans ce contexte, l’expérience avec le lopinavir/ritonavir chez les femmes VIH+ est rassurante concernant l’innocuité. De même, l’usage de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine dans le traitement de la malaria témoigne que ces molécules sont sécuritaires pour la mère et le fœtus selon les cliniciens consultés.

Mais relacionados