Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans la prise en charge de l’autisme

Año de publicación: 2007

CONTEXTE:

L’autisme est un trouble neurologique caractérisé par des déficits précoces du développement global des fonctions cognitives, verbales et relationnelles. Il fait partie de la famille des troubles envahissants du développement (TED). Le tableau clinique du trouble autistique est très variable et exige une prise en charge mobilisant des ressources multiples et des méthodes d’intervention variées. Les thérapies langagières et les interventions comportementales et de socialisation peuvent changer le cours du trouble autistique sans toutefois le guérir. Comme aucune de ces multiples approches thérapeutiques ne se distingue comme la plus efficace, les modalités d’une prise en charge optimale ne sont pas encore établies et les recherches se poursuivent.Cette situation a suscité l’essai de nouvelles avenues de prise en charge et de traitement, dont l’oxygénothérapie hyperbare (OHB). L’expérimentation de cette modalité se fonde sur les effets physiologiques que l’oxygène sous pression peut avoir sur le cerveau. Pourtant, l’autisme ne fait pas partie de la liste des indications officiellement reconnues par l’Undersea and Hyperbaric Medical Society (UHMS), une société savante internationale regroupant plus de 2 500 membres répartis dans une cinquantaine de pays. La question du rôle de l’oxygénothérapie hyperbare dans la prise en charge du trouble autistique reste donc entière. C’est pourquoi le ministre de la Santé et des Services sociaux a demandé à l’AETMIS d’examiner cette question dans le contexte plus général d’une mise à jour du rapport publié en 2000 par le Conseil d’évaluation des technologies de la santé (CETS), prédécesseur de l’AETMIS, sur les affections pour le traitement desquelles l’efficacité de l’OHB est appuyée par des données probantes. Le ministre, dans sa demande, avait aussi ciblé la paralysie cérébrale, qui a déjà donné lieu à un rapport de l’AETMIS publié en janvier 2007. La présente évaluation, fondée sur une revue exhaustive de la littérature, fait le point sur l’efficacité de l’OHB dans la prise en charge du trouble autistique.

RÉSULTATS DE LA REVUE DE LA LITTÉRATURE:

L’information traitant de l’oxygénothérapie hyperbare et de l’autisme peut être classée en deux grandes catégories : une littérature grise abondante, incluant les cas anecdotiques, accessible dans les sites Web, et une littérature scientifique très limitée. La rareté des études publiées a incité à élargir les critères d’inclusion pour assurer la plus grande exhaustivité possible des sources d’information. Deux descriptions de cas isolés ont été publiées dans des revues non révisées par des comités de lecture ou dans des résumés de conférences, la première remontant à 1994. L’OHB aurait produit des effets positifs, mais la validité de ce résultat ne peut être établie. Les trois études de séries de cas recensées comptaient de petits nombres de sujets, soit 6, 14 et 18 enfants.

CONCLUSION:

Au terme de cet examen systématique de la littérature, force est de constater que l’intérêt pour cette question est récent. Les données scientifiques disponibles à l’heure actuelle sont de faible qualité, et le niveau de preuve ne permet pas de bâtir un argumentaire solide quant à l’efficacité de cette modalité de traitement dans la prise en charge du trouble autistique. Les cinq recherches en cours repérées étudient cette question sous différents angles. Toutefois, la variation des protocoles d’OHB et les petits effectifs de patients recrutés soulèvent des questions et laissent entrevoir des résultats variables pouvant compromettre leur validité. Dans ces circonstances, une veille documentaire s’impose pour examiner dès leur parution les résultats de ces études. En somme, dans la prise en charge de l’autisme, l’oxygénothérapie hyperbare doit, pour le moment, être considérée comme une modalité thérapeutique expérimentale et, en conséquence, ne devrait être utilisée au Québec que dans le cadre d’une recherche structurée.

Más Relacionados