COVID-19 et colchicine

Año de publicación: 2020

CONTEXTE:

Le présent document ainsi que les constats et prises de position qu’il énonce ont été rédigés en réponse à une interpellation du ministère de la Santé et des Services sociaux dans le contexte de l’urgence sanitaire liée à la maladie à coronavirus (COVID-19) au Québec. Cette position est basée sur une recension sommaire de la documentation scientifique (PubMed, littérature grise) identifiée par des professionnels en évaluation et pharmaciens de l’INESSS. Par ailleurs, son contenu ne repose pas sur une recherche exhaustive de la littérature et une évaluation de la qualité des études avec des outils standardisés. Dans les circonstances d’une telle urgence de santé publique, l’INESSS reste à l’affût de toutes nouvelles données susceptibles de faire évoluer sa position. Ainsi, des mises à jour sont prévues. POSITION DE L’INESSS: Étant donné l’absence de données cliniques documentant l’effet de la colchicine sur la cascade inflammatoire accompagnant certaines formes graves de syndrome respiratoire aigu sévère causées par des coronavirus: -Il n’est pas recommandé d’administrer de la colchicine pour le traitement des patients ayant un diagnostic confirmé ou suspecté de la COVID-19 en milieu communautaire. -Il est jugé prématuré, en dehors d’un protocole de recherche, d’administrer de la colchicine à des patients ayant un diagnostic confirmé ou suspecté de la COVID-19.

OBJET DE LA DEMANDE:

L’administration de la colchicine à toute personne atteinte de la COVID-19 en communauté est-elle une option envisageable? COLCHICINE: La colchicine est un alcaloïde extrait de la plante de l’espèce Colchicum (Colchicum autumnale). Ce médicament antiinflammatoire est indiqué pour la prophylaxie et le traitement des crises de goutte ainsi que pour le traitement de la fièvre méditerranéenne familiale. Il est également utilisé pour le traitement de la péricardite virale. Bien que son mode d'action exact dans le traitement de la goutte ne soit pas complètement élucidé, l’effet anti-inflammatoire de la colchicine est relativement sélectif pour l'arthrite goutteuse aiguë à dépôt de cristaux d'urate. CONSTATS DE L’INESSS: Le mécanisme d’action de la colchicine (qui cible l’inflammasome) est très différent de celui des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS). Ces derniers inhibent la cyclooxygénase et pourraient résulter en la production de leucotriènes pro-inflammatoires, ce qui ne survient pas avec la colchicine. Les inflammasomes sont des oligomères multiprotéiques cytosoliques du système immunitaire inné responsables de l'activation de la réponse inflammatoire [Martinez et al., 2018]. La colchicine inhibe l’inflammasome NLRP3 et la caspase-1 (qui clive le précurseur de l'IL-1) ainsi que la réponse. L'IL-1bêta est un puissant médiateur inflammatoire. Cette interleukine est synthétisée sous la forme de précurseur, la pro-ILbêta, avec peu ou pas d'activité biologique. Pour être sécrétée et être active, elle doit subir un traitement protéolytique médiée par la caspase 1. Ce mécanisme de régulation est important puisqu’il maintient l’IL-1 dans un état inactif, minimisant ainsi le risque d’une flambée inflammatoire [Afonina et al., 2015]. Une étude récente a montré que la colchicine à faible dose (0,5 mg/jour) réduisait de façon significative le risque d’évènements cardiovasculaires ischémiques initiaux et totaux en comparaison à un placébo chez des patients avec crise cardiaque récente [Klingenberg et Nitschmann, 2020; Tardif et al., 2019]. Aucune étude clinique ne permet de relier l’effet anti-inflammatoire de la colchicine à un effet sur la progression d’une infection avec un coronavirus. Une étude (COLCORONA) est en voie de réalisation au Québec (Institut de cardiologie de Montréal) ayant pour but de déterminer si le traitement à court terme des patients COVID-19 positifs en communauté avec la colchicine réduit le taux de décès et de complications pulmonaires liées à la COVID-19. Le profil d’innocuité de la colchicine est marqué par des troubles gastro-intestinaux doses-dépendants (diarrhées, nausées, vomissements), des réactions d’hypersensibilité (urticaire, prurit), une élévation des enzymes hépatiques, notamment; des réactions extra-pyramidales sont également possibles. L’administration chez des patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique avec un inhibiteur puissant du cytochrome 3A4 (ex. inhibiteurs de protéase comme le ritonavir, macrolides comme l’azithromycine) ou un inhibiteur de la glycoprotéine P constitue une contre-indication. Aucun des guides consultés (Belgique [Van Ierssel et al., 2020], Chine [China NHC, 2020], France [HCSP, 2020], Italie [SIMIT, 2020], Université de Washington [UW Medicine, 2020], Université du Michigan [Michigan Medicine, 2020]) n’a inclus la colchicine parmi les choix de traitement pour la COVID-19.

Más Relacionados