Évaluation de la diffusion de la première série de guides cliniques en antibiothérapie et de leur appréciation par les médecins du Québec

Publication year: 2008

INTRODUCTION:

Dans le contexte de l’approche de l’épidémie de Clostridium difficile et de la saison grippale qui avait cours au Québec en 2004, le ministre de la Santé et des Services sociaux mandatait le Conseil du médicament pour lui formuler des recommandations sur les meilleures pratiques en antibiothérapie et en surveillance sur l’usage des antibiotiques. Constituant le thème du troisième axe de la Politique du médicament publiée en février 2007, l’usage optimal des médicaments qui maximise les bienfaits et minimise les risques pour la santé de la population en tenant compte des diverses options, des coûts et des ressources disponibles, des valeurs des patients et des valeurs sociales, interpelle les professionnels de la santé. Afin de répondre à cette demande, le Conseil a réalisé et diffusé au cours de l’année 2005 une première série de guides cliniques d’antibiothérapie à l’intention des médecins et pharmaciens du Québec. Les guides ont été élaborés en concertation et avec l’appui des partenaires du réseau de la santé, dont les ordres et associations professionnels de médecins et de pharmaciens. Les guides ont été élaborés en concertation et avec l’appui des partenaires du réseau de la santé, dont les ordres et associations professionnels de médecins et de pharmaciens.

SOMMAIRE MÉTHODOLOGIQUE ET RÉSULTATS:

Des statistiques ont été colligées à partir de l’exploitation du site Internet du Conseil du médicament pour les versions en format PDF ou PDA. Le nombre de téléchargements pour chacun des onze guides par diagnostic précis (diffusion active) de même que le nombre total de téléchargements pour l’ensemble des guides selon le mois et la version utilisée ont été comptabilisés. Le terme diffusion active représente le nombre de téléchargements des guides sur un support informatique à partir du site Internet du Conseil depuis le mois d’avril 2005.

CONCLUSION:

L’ensemble de ce travail permet d’évaluer la diffusion et l’appréciation des guides cliniques par les médecins du Québec. D’abord, les statistiques de diffusion active et passive témoignent du succès du processus de diffusion. Ensuite, en effectuant un sondage auprès des médecins, nous avons validé leur appréciation des guides. Les faibles taux de réponse limitent la capacité de généraliser les résultats, mais les données constituent un témoignage intéressant du taux de pénétration et d’utilisation des guides par les médecins du Québec. De façon générale, les guides cliniques seraient davantage lus par les omnipraticiens et auraient une influence plus grande auprès des omnipraticiens que des spécialistes. Les guides seraient également davantage lus par les plus jeunes médecins que par les plus âgés. Les médecins en région rurale ont tendance à consulter davantage les guides que ceux situés dans les régions urbaines.

Les trois guides les plus souvent mentionnés comme étant particulièrement utiles sont:

la pneumonie acquise chez l’adulte (58,5 %), la rhinosinusite bactérienne aiguë chez l’adulte (58,3 %) et la bronchite aiguë et exacerbation aiguë de bronchite chronique (MPOC) (58,1 %). Le guide sur les infections urinaires chez l’adulte suit de très près ces statistiques (56,4 %). Donc, deux de ces mêmes guides correspondent à ceux bénéficiant du plus grand nombre de téléchargements, soit celui sur les infections urinaires chez l’adulte et celui sur la bronchite aiguë. Les résultats du sondage nous permettent de constater que la stratégie de diffusion des guides a porté fruit en permettant de rejoindre un pourcentage élevé de médecins. Cependant, nous retenons que nous devrons affiner notre stratégie de diffusion afin d’atteindre la totalité des populations concernées. Également, le taux élevé d’utilisation des guides démontre que le travail de concertation que le Conseil a effectué avec plusieurs experts cliniciens pour l’élaboration des guides a permis de diffuser un contenu scientifique juste, utile et crédible. Ces résultats nous encouragent à renouveler ce type de collaboration dans le futur.

Les sujets suivants ont été ciblés par les médecins sondés pour de prochains guides:

ITS, infections urinaires chez l’enfant, infections de la peau (impétigo, cellulite, furoncles...),SARM, infections et grossesse, sida, morsures, diarrhée du voyageur. Tel que proposé par plusieurs des médecins sondés, le Conseil orientera la diffusion de ses prochains outils par courriel ainsi que par son site Web. Encourager la parution de nos outils dans les revues des différentes associations médicales, collaborer à l’organisation d’ateliers ou de séances avec les médecins (Gross et al.42) tout en s’associant des objectifs d’accréditation seraient aussi des stratégies d’avenir efficaces pour faciliter l’appropriation du contenu des guides par les médecins. La dernière étape du bilan était de brosser le portrait de l’usage des antibiotiques au Québec de 2003 à 2007. De cet exercice il ressort que, pour les année pré et post-diffusion des guides, une baisse du nombre d’ordonnances d’antibiotiques au Québec comparativement aux autres provinces canadiennes est observable. L’évolution de la prescription d’antibiotiques au Québec semble être en lien avec les recommandations contenues dans les guides cliniques développés par le Conseil.